La fille à l’écureuil

Ivette01

Lorsque je lui demande candidement : « Pourquoi ton album s’intitule-t-il ‘Girl with a Squirrel’ », la chanteuse et guitariste Ivette Meow me regarde, l’air incrédule. Puis, elle laisse échapper : « Tu ne savais pas?

– Savais pas quoi?

– J’ai déjà eu un écureuil domestique! »

Oui, oui, vous avez bien lu. Selon les dires de la talentueuse musicienne, c’est une mère de famille qui lui aurait demandé si elle pouvait s’occuper de ce bébé écureuil que son fils aurait sauvé des griffes de leur chat. Ivette n’a apparemment pas hésité une seconde. Le prénommé Rocky a donc fait son entrée dans l’appartement de la rue Hôtel-de-Ville, devenant de ce fait la mascotte du moment.

Ivette lui a construit une immense cage avec quelques planches de bois pressé et un peu de grillage à mailles fines et elle lui a installé une immense branche dans le milieu de son salon. Elle le sortait de son abri une fois par jour, histoire de le laisser courir sur un peu partout, le nourrissait avec soin, le dorlotait sans se faire prier. Sa relation avec Rocky revêtait ce petit côté mythique, cet aspect étrangement romantique, à un tel point qu’un de ses amis, un jour, n’a pu s’empêcher de lancer : « Tu sais ce que tu es, Ivette? Tu es la fille à l’écureuil (the girl with a squirrel)! » Il n’en fallu pas plus pour que mademoiselle Meow intitule son album ainsi.

Or, son amour pour le défunt Rocky (eh oui, malheureusement) est loin d’être le seul élément qui fait en sorte qu’Ivette vaille le détour. Au-delà de son côté Docteur Dolittle, la demoiselle est une musicienne chevronnée, dont le talent n’a d’égal que sa motivation à le partager avec tout le monde qui l’entoure. Il est difficile d’en douter lorsqu’on l’aperçoit sur la rue Prince-Arthur, guitare à la main et sourire aux lèvres, en train d’interpréter quelques-unes des chansons qui constituent son répertoire de plus de 200 pièces. C’est d’ailleurs de cette manière qu’elle gagne son pain, trimballant sa guitare aux quatre coins de la ville.

Ivette, au Grumpy's Bar, rue Bishop

En écoutant son album, on constate qu’à sa voix et sa guitare se sont ajoutés des trompettes, un clavier, une guitare électrique, un violon… Que s’est-il passé? « J’avais envie d’enregistrer un album avec un groupe complet, car je connaissais le potentiel de certaines de mes chansons. Je savais que certaines d’entre elles allaient bien sonner avec d’autres musiciens. »

Elle n’a pas tort. Sur Girl with a Squirrel, un petit côté funk fort agréable s’ajoute au pop-rock acoustique qu’elle exécute déjà si bien et le résultat est étonnant. Sa voix chaude, juste et pleine de soul vient chapeauter le tout, donnant au produit final une sonorité ensoleillée. Ajoutez à cela des textes simples et bien écrits, et vous y êtes.

« Et comment as-tu choisi le groupe de musiciens qui allait t’entourer, puisque tu œuvres habituellement en solo?

– Par le biais d’amis, ou alors je les remarquais dans certains spectacles. La plupart du temps, c’était en jammant avec eux. »

Pour Ivette Meow, le jam semble être au cœur du processus créatif. Elle en parle souvent et lorsqu’elle aime un musicien, sa première réaction est généralement : « J’aimerais bien jammer avec lui/elle! » Il m’a donc semblé naturel de lui demander pourquoi il en était ainsi : « La jam est sans doute la plus pure forme de création. C’est de cette manière que naissent les meilleures mélodies, les meilleurs riffs. Quand il n’y a pas de parcours préétabli, tout se fait de manière spontanée et ça donne lieu à des créations uniques. »

Vous croyez que mademoiselle Meow s’arrête là? Détrompez-vous. Elle est aussi la vocaliste du groupe Shootdown Order, une formation qui donne dans un hard rock qui penche parfois vers le métal, avec une touche rap (qui peut faire penser aux Deftones, ou à Rage Against the Machine). Ivette revêt donc les atours de la emcee et de la chanteuse, un contrat dont elle s’acquitte avec brio. D’ailleurs, il y a lieu de se demander si ce changement de registre représente un défi pour elle, puisque, d’habitude, elle use de sa voix de manière plus relax.

« Oui, c’est vrai que cela fatigue ma voix plus facilement. Le fait de devoir chanter par-dessus un groupe de métal peut s’avérer difficile et je sens l’effet que cela peut avoir sur mes cordes vocales. Mais j’apprends petit à petit comment limiter les dégâts. De plus, cela donne un petit côté enfumé à ma voix et je ne déteste pas ça!

– Est-ce que ça fatigue ta voix assez pour que tu croies devoir arrêter de chanter dans ce genre de groupe un jour?

– Non. Je veux continuer à travailler pour être en mesure de poursuivre dans ce registre aussi. »

C’est donc avec enthousiasme que je vous invite à jeter un coup d’œil au travail d’Ivette Meow. En plus de jouer dans les rues montréalaises, d’avoir un excellent album à son actif et de chanter, rapper et composer des paroles pour un groupe de hard rock, elle est l’hôtesse d’un open mic au bar Reggie’s de l’université Concordia tous les mercredi soirs jusqu’à Noël. Allez y faire un saut!

Ci-dessous, une vidéo qui vous montre un peu de quoi je parle.

[youtube id="BP55NhSTwlE" width="600" height="350"]

Ivette lui a construit une immense cage avec quelques planches de bois pressé et un peu de grillage à mailles fines et elle lui a installé une immense branche dans le milieu de son salon. Elle le sortait de son abri une fois par jour, histoire de le laisser courir sur un peu partout, le nourrissait avec soin, le dorlotait sans se faire prier. Sa relation avec Rocky revêtait ce petit côté mythique, cet aspect étrangement romantique, à un tel point qu’un de ses amis, un jour, n’a pu s’empêcher de lancer : « Tu sais ce que tu es, Ivette? Tu es la fille à l’écureuil (the girl with a squirrel)! » Il n’en fallu pas plus pour que mademoiselle Meow intitule son album ainsi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>