Browsing Category

Tribunes

À la une, Articles, Nos Playlists, Tribunes,

Les meilleures tounes de la première moitié de 2014

Le 1er juillet prochain, on entamera déjà la seconde portion de l’année 2014 qui déjà très riche côté musical. Alors, pourquoi pas s’arrêter un petit moment et jeter un oeil sur les meilleures tounes des 6 premiers mois de l’année?

Cliquez ici pour la liste franco >>

NOUVEAUX VISAGES

SAMSAYA

Cette norvégienne (d’origine indienne) nous rappelle beaucoup l’univers pop de Santigold et M.I.A., mais réussit quand même à se distinguer du lot avec ses sonorités teintées d’un son ska et hip-hop. Bien hâte de voir ce qu’elle nous réserve.

S O H N

Certains le comparent à James Blake ou Bon Iver, moi je trouve plutôt qu’il sonne comme personne d’autre. Il confectionne lui-même ses beats très plannants et a tout récamment signé son premier album chez 4AD.

MEG MYERS

J’sais pas t’es qui Meg Myers, mais avec cette seule et unique chanson, tu as capté mon attention. Un bon pop dark qui nous plonge directement dans son univers mélancolique avec une voix qui nous rappelle Alanis Morrissette. On va sûrement entendre son nom souvent cette année. Du moins, de ma bouche, vous allez l’entendre souvent.

BRICK + MORTAR

Un duo du New Jersey qui existe depuis 2008 mais qu’on découvre aujourd’hui grâce à cette chanson qui a circulé beaucoup sur les blogs. Vraiment un son rock très accrocheur. Difficile de l’écouter qu’une seule fois!

ALL WE ARE

C’est qui eux? On dirait qu’ils sortent tout droit des années ’70. Pas à cause du look, mais plutôt le groove musical. Une toune rock mais laid-back comme on les aime.

HIGHLANDS

La dernière sensation musicale que l’Islande nous a offert s’appellait « Of Monsters and Men ». Je vous présente la nouvelle sensation islandaise: Highlands.

GOLDROOM

Une toune d’été, ça vous dit? Venez découvrir le band californien Goldroom, qui nous offre cette petite toune pop-bonbon avec de belles images au soleil ET au ralenti s’il vous plait!

BANKS

Alors que l’artiste canadien The Weeknd chante pour séduire les femmes, BANKS chante pour séduire les hommes avec son R&B-alternatif et sa voix sublime. Depuis son EP l’an dernier, BANKS nous a servi plusieurs petits singles par-ci par-là et nous donne extrêmement hâte à son premier album prévu pour plus tard cette année.


LES COMEBACKS

LYKKE LI

Au cas où vous le saviez pas, Lykke Li a lancé son 3e album cette année. Un superbe album, court et mélancholique, qui a fait vibrer les interwebs avec son single « No Rest for the Wicked » que voici.

KANDLE

J’adore Kandle. J’adore son univers pop-rock un peu dark, mais aussi très léger à la fois. Cette jeune montréalaise a déjà fait ses preuves auparavant, mais cette fois-ci, elle revient avec un album complet.

LANA DEL REY

Ai-je besoin de dire quoi que ce soit?

SIA

18 millions de vues sur Youtube au moment où je vous écris ces lignes. J’pense que je n’ai pas besoin de vous dire que cette chanson sera définitivement le hit de l’été.

LA ROUX

On croyait tous que La Roux avait disparu en 2009, avec Bulletproof qui jouait partout partout partout. Ça fait énormément plaisir de la revoir enfin, juste à temps pour l’été! On attendait peut-être un single plus dansant que ça, mais ce qu’elle nous propose n’est pas mauvais du tout.

BAND OF SKULLS

Band of Skulls est un groupe que j’ai aimé dès leurs débuts avec I Know What I Am, sortie en 2009. Après ma première écoute, je n’ai pu m’empêcher d’en parler à tout le monde. C’est encore la même chose cette année avec Asleep At the Wheel. Cette toune m’est resté dans la tête tout l’hiver. À écouter absolument!

PHANTOGRAM

Probablement un de mes groupes préférés dans l’univers dream-pop. Il a fallu attendre 5 longues années pour avoir droit à un nouvel album, mais disons que l’attente en a valu grandement la peine. Impossible de vous dire combien de fois j’ai écouté cette merveilleuse chanson.

JACK WHITE

Combien de tours a-t-il dans son sac? On dirait que Jack White ne manque jamais d’inspiration pour créer de la magie musicale. Voici sa plus récente création, qui rappelle un peu les rythmes de Rage Against the Machine.

ST. VINCENT

Je capote sur Annie Clark, aka St. Vincent. J’adore son univers éclaté et ses rythmes muiscaux très flyés. Oh, et nouvelle intéressante: Annie a été invitée — par nul autre que Dave Grohl — à chanter Lithium durant l’intronisation de Nirvana au Rock ‘N Roll Hall of Fame le mois dernier. Oh que oui. (À voir bientôt sur les internets)

BLACK KEYS

Les Black Keys sont de retour pour notre plus grand bonheur, avec un son définitivement plus pop qu’avant. Leur nouvel album Turn Blue est clairement leur meilleur album en carrière (selon moi).

—-

Je pourrais bien continuer pendant longtemps, mais on doit bien s’arrêter quelque part! On se revoit en fin d’année pour une revue complète sur 2014. D’ici-là, continuez de fouiller le web pour d’autres découvertes!

À la une, Actualité musicale, Articles, Critiques, Spectacles, Tribunes,

Mardi dernier à Montréal : Chad VanGaalen

Mardi dernier, on a eu droit à un beau line-up canadien au Cabaret du Mile-End. Salle quasi-comble pas mal comblée. Toutes les photos de cette belle soirée sur notre compte Flickr!

En première partie, c’était Astral Swans. Je ne savais rien de ce band à part qu’il venait de l’Alberta, mais je m’attendais à voir 4-5 gars monter sur scène. Parce que dans l’extrait que j’avais entendu, il y avait plusieurs instruments et des back vocals. C’est en fait un gars tout seul avec sa guitare qui est arrivé. Comme première partie, on se serait attendu à quelque chose d’un peu plus dynamique, mais pour un show de Chad VanGaalen, ça cadrait bien. L’effet raw et simple de la voix sans trop d’effet et la guitare électrique au son un peu flat étaient bien agréables. Ça donnait une pause bien méritée des millions de bands qui abusent du reverb, mettons. Mais j’aurais quand même aimé entendre les tambourins et autres voix de l’extrait.

IMG_6198 - copie 2

Après un petit intermède, le chanteur et la batteuse de Cousins, originaires d’Halifax, ont pris place sur scène. Si j’avais été un peu décue par leur prestation à Pop Montréal en octobre dernier, ils ont réussi à me charmer cette fois. La belle assurance et la complicité entre les 2 membres du groupe est toujours là, mais cette fois c’est la maîtrise de leur style et de leurs chansons qui sautait aux yeux. Une belle énergie qui a su réchauffer la salle pour l’arrivée de Chad.

IMG_6245 - copie

Après avoir passé le début de la soirée à s’occuper de son proche merch, qui a attiré bien des fans qui n’avaient rien l’intention d’acheter, Chad VanGaalen est finalement monté sur scène avec ses 2 musiciens. L’albertain rembarquait sur scène après une longue absence pour la sortie de son dernier album, Shrink Dust. Après nous avoir raconté son départ difficile (sa petite fille allait s’ennuyer, et lui aussi), il nous a prié d’être indulgents puisque c’était le premier spectacle depuis la sortie de l’album, et que certains passages restaient à tester. On a pu remarquer ces quelques passages, mais ce n’était rien de majeur. Chad, musicien remarquable passant du chant à la guitare à l’harmonica, gardait une atmosphère détendue en nous racontant des anecdotes à gauche et à droite. L’ambiance était légère et rigolote, et la foule était réceptive. Je n’ai pu noter la setlist complète, mais on a pu entendre une longue version de Monster, et une plus courte de Weighed Sigh. On a pas mal fait le tour du nouvel album, qui s’avère être une réussite tant à la maison qu’en spectacle.

IMG_6336 - copie IMG_6413 - copie

À la une, Tribunes,

Quelques sons pour raviver votre flamme estivale!

En cette semaine printanière qui s’annonce ensoleillée (ENFIN!), voici quelques clips parfaits pour un chilling d’après-midi au parc, un BBQ bien arrosé dans votre cour arrière ou encore pour vous donner le courage de faire le grand ménage avant l’été qui approche à grands pas!

Chela – ZERO

Hey oui, on attendait avec impatience le grand retour de l’enfant chérie australienne. Elle nous revient en force avec son nouveau EP du même nom, voici son premier single : ZERO.

 

Sylvan Esso – Coffee

Issu de la collaboration entre Amelia Meath (Mountain Man) et Nick Sanborn (Made Of Oak), cette nouvelle formation fait déjà beaucoup jaser. Ils assureront entre autre la première partie de tUnE-yArDs dans leur tournée nord-américaine.

 

Broods – Never Gonna Change

Duo d’électronique pop néo-zélandais composé de Georgia et Caleb Nott. On attend avec impatience leur album complet prévu pour août prochain qui suivra de près leur EP Broods fraîchement sorti en janvier dernier!

 

Shura – Touch

Magnifique clip de la chanteuse britannique Shura!

 

Tom Odell – Another Love

Pour ceux qui ne connaisse pas encore cette magnifique chanson de Tom Odell, révélé aux Brits Awards 2014!

 

CRi – Oda

Un producteur montréalais, des images de feu livrées par Les Gamins, boîte de production montréalaise également. Il y a du talent en ville! Issue de son nouvel EP annoncé pour le 19 mai, à surveiller!

 

Et deux petites dernières pour la route (Ben oui, y’a le mot Fountain dans les deux!) :

tUnE-yArDs – Water Fountains 

 

Iamamiwhoami – Fountain

 

 

À la une, Tribunes,

Festival Chromatic + Massivart : dévoilement de la programmation

chromatic-2014

Nous mettons légèrement de côté nos publications musicales habituelles pour se tourner vers l’art en général ! Étant toujours attirée par les différentes formes et projets d’art qui voient le jour à Montréal, le festival Chromatic, créé par Massivart, répond tout à fait à ce besoin. Ralliant plusieurs disciplines artistiques telles que la peinture, l’illustration, la musique et la vidéo (et bien plus), le festival nous permet de découvrir le potentiel créatif que nous offre notre belle métropole. C’est sous le thème de l’habitat que les artistes sélectionnés auront créé une oeuvre qui leur est propre où un jury saura assurer une cohérence entre celles-ci, en vue de leur exposition. Un festival à ne pas manquer du 24 au 30 mai prochain !

Qu’est-ce qu’on retient cette année ? Toutes les activités sauront soit vous faire exploiter votre art ou découvrir celui d’autrui. À vous de choisir ce que vous préférez, voici nos coups de coeur !

7@9 design

Une soirée où l’on t’invite à apporter ton magazine, à en découper des morceaux et à faire un collage avec tous ceux qui sont présents ? Très cool ! On a tout de suite envie de participer à cette forme d’art collective, le tout dans le cadre de la première canadienne du Weird Collage Show.

Piknic Chromatic

Le sommet du Mont-Royal est en soit un lieu que privilégie Chromatic cette année. Que ce soit pour leur «quartier général» ou pour ces après-midis qui se transformeront rapidement en longues nuits festives grâce aux Piknic Chromatic ! Yoga et pic-nique vous attendent à l’heure du lunch ou encore les DJs du Piknic Élektronic jusqu’au petit matin ! Un lieu et des activités pour tous les goûts qui rassembleront sans doute beaucoup de têtes.

Nuit Chromatic

Faire la fête au sommet du Mont-Royal, c’est peut-être l’une des meilleures choses qu’on connait de notre été montréalais! Ajoutez à cela des projections du Centre Phi et DJs pour nous faire danser : vous saurez où nous trouver une fois la nuit tombée!

Ciné-Parc Chromatic

Je suis une fan de documentaires et de films que l’on découvre durant nos festivals, et on doit dire qu’on est choyé à Montréal ! Chromatic nous propose donc, à mon grand bonheur, une sélection de documentaires, gracieuseté des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) et de l’ONF, encore une fois au sommet de la ville ! Wow !

C2MTL

Pour les gens d’affaire, ou pour ceux qui ont un grand budget, je vous conseille fortement C2MTL ! Des discussions, des conférences, des entretiens qui allient créativité et commerce ! Une collaboration entre Chromatic et C2MTL qui se poursuit cette année avec la pré-ouverture de ces conférences dans un cocktail invitant professionnels ou amateurs de créativité.

Je pourrais vous décrire toute la programmation de long en large tellement il y en à voir et comme le tout est très intéressant ! Je vous laisse le soin de découvrir les artistes par vous-mêmes, ainsi que la programmation complète, juste ici !

nuit1

À la une, Actualité musicale, Tribunes,

Salle comble pour Philippe Brach !

C’est ce mercredi que Philippe Brach, qu’on a pu voir autrefois dans la formation Buffet Froid, lançait son premier album solo intitulé La foire et l’ordre. C’est dans un petit Quai des brumes très (très!) rempli que l’auteur-compositeur-interprète a présenté quelques-unes des chansons de son nouvel opus, signé tout récemment sous l’étiquette Spectra Musique.

Pour ajouter à la bonne humeur qui régnait dans la salle, on nous a tout d’abord présenté le court métrage réalisé par Patrice Ouimet, qui montrait l’envers du décor et le making-of de l’album. L’humour toujours présent de Brach a provoqué bien des fous rires des amis, médias et fans présents ! On peut d’ailleurs maintenant visionner ce très beau documentaire juste ici.

C’est ensuite un Philippe Brach souriant qui a entamé en douceur la première chanson, Ressac sur ta peau. Spécialement pour ce premier titre, il était accompagné du réalisateur de l’album : Pierre-Philippe Côté (aussi connu sous le nom de Pilou). Un beau moment, puisqu’on sentait une réel connexion entre les deux, une fierté commune de l’album qu’ils ont peaufiné pendant des mois. C’est ensuite ses trois musiciens, Justin Allard (drum), Pierre-Olivier Gagnon (basse) et David Couture (guitare), qui ont pris la relève. Les quelques pièces présentées nous ont plongé dans l’univers particulier de Brach et la foule (moi y compris!) ne se gênait pas pour chanter les phrases connues, entre autres de la populaire chanson Dans ma tête qu’il a réservé pour le rappel !

philbrach_2

Phil Brach sait nous faire changer d’atmosphère rapidement sans qu’on s’en aperçoive : il passe de sujets plus délicats tels que le suicide à des textes plus légers qui, et je cite, « parlent d’amour ou d’espoir, qui proposent des solutions! » Peu importe la chanson, il a certainement sa place sur une scène : il sait mettre le public dans sa poche avec ses interventions comiques et ses interprétations senties. C’est certain qu’il n’a pas la langue dans sa poche, mais la foule, déjà conquise, riait sans hésiter à ses blagues, aussi nombreuses soient-elles ! Ceux présents mercredi ont très certainement assisté au premier d’une belle série de spectacles de l’album La foire et l’ordre, puisqu’on sent que Brach fait partie de ceux qui vont rester.

On surveille également son parcours en finale des Francouvertes le 12 mai prochain, puisqu’il occupe présentement la première place du palmarès suite aux demi-finales !

Également en spectacle en première partie des Hay Babies le 21 juin au Club Soda, dans le cadre des FrancoFolies.

philbrach1

[youtube id= »Wgh5TsY9ATU » width= »600″ height= »350″]

À la une, Actualité musicale, Tribunes,

3 albums pour rocker votre printemps

Le printemps fut rempli de belles nouveautés musicales, particulièrement du côté rock. Voici quelques sorties qui ont fait ou vont faire beaucoup de bruit.

Salad Days – Mac DeMarco

Mac_DeMarco_Salad_Days

Avec Salad Days, Mac DeMarco a su prouver qu’il était bien plus qu’une simple flavor of the week. L’album est un délicieux mélange de lo-fi et rock psychédélique bien plus accompli et recherché que son dernier, 2, qui, bien qu’agréable à écouter, ne marquait pas. Des morceaux comme Chamber of Reflection, Let My Baby Stay et Treat Her Better seront en grosse rotation sur mon Itunes pour encore longtemps.

Himalayan – Band Of Skulls

Band-Of-Skulls-Himalayan-album-cover

J’aime beaucoup Band Of Skulls. Un peu comme les Black Keys, on ne s’attend pas à un renouveau explosif à chaque nouvel album. On peut cependant prévoir à tout coup des chansons rock de qualité, à la production impeccable. Et du rock de qualité, ben, c’est toujours la bienvenue. À découvrir si vous aimez Jack White et Wolfmother.

To Be Kind – Swans

Swans_To_Be_Kind

Ce nouvel sortira le 12 mai prochain, mais j’ai eu la chance de mettre la main dessus un peu avant la date de lancement. Swans sont des monstres du mouvement post-punk des années 90, des vieux de la vieille comme l’on dit. L’album, qui dure plus de deux heures, regorgent de moments forts, d’envolées musicales délirantes. C’est rough on the edges, la voix  de Michel Gira écorche, les synthés décapent. Certaines chansons, comme A Little God In My Hands, rappellent même Portishead et Tom Waits. Bref, ça sent le grand album (et leurs pochettes sont toujours débiles).

http://www.youtube.com/watch?v=vfmi0v5vIGo<

À la une, Tribunes,

Ces musiciens qu’on ressuscite

On était assis dans un resto de Sherbrooke, et en attendant nos burgers on parlait de musique. L’éclectique pique. Le confort, la curiosité surtout. Quand on surfe là-dessus, on devient vite accro : on achète des vieux vinyles bizarres dans une vente de garage pis on trippe juste parce que c’est tellement vintage, on renie tout ce qui se fait de mainstream et on se nourrit au vibrato des jazzmen qui feelent si bien les choses. Quand on cherche à la bonne place, on se rend compte que la musique d’aujourd’hui, la bonne, est pas si différente de la musique d’autrefois. Ça prend une petite pointe de soul qui te traverse l’âme en repartant avec ce que t’as de plus vulnérable, pis tu fonds. T’as les sentiments bien shakés dans le fond du corps à cause de cette basse, ce sax, cette voix. Sauf que ça marche tellement plus avec les notes qu’on dépoussière, on dirait. Les nouvelles notes elles sont belles, elles sont fraîches, on se sent trendy quand on les écoute; mais les notes d’antan, celles auxquelles on ne peut associer rien de ce qu’on connaît, elles viennent se coller à un endroit que le monde autour ne peut pas atteindre. Et là y’a toi, et la musique. Y’a l’album Cold Fact de Rodriguez, que j’écoute en écrivant ces lignes.

Fak je m’étais installée à l’ordi pour faire des devoirs… Sugar man m’a pognée dans le cœur; Crucify Your Mind m’a achevée. La dernière fois, c’était avec Blue Valentine de Tom Waits. La dernière fois que j’ai eu l’impression d’être assise, seule, dans un petit bar sombre de la Nouvelle-Orléans, à une couple de mètres de la scénette, en tête à tête avec le band de la maison, à absorber chaque mot comme le sermon d’un preacher.

On attendait nos burgers, et on parlait de musique. De la maison de disques Light in the Attic qui retrace les artistes disparus et les ramène à la vie. Qui remet au goût du jour la musique que le temps a oublié de traîner avec lui. De Rodriguez, qu’ils ont perdu dans la brume combien de fois parce que le gars était musicien pour la musique, et que le monde trouvait ça tellement beau qu’ils en voulaient un peu pour eux-mêmes aussi. C’est une histoire qui m’a touchée.

Je suis en 1970 aujourd’hui; on se reparle dans 44 ans, à la fin de l’album…

[youtube id= »vKYEYNX-Eug » width= »600″ height= »350″]

N.B. Ça sent l’inspiration des Black Keys dans Only Good For Conversation.

Merci Éric Legault-Robillard pour la découverte. La prochaine fois, on écoute du Kashtin, no choice.

À la une, Actualité musicale, Articles, Critiques, Spectacles, Tribunes,

Francouvertes: première soirée des préliminaires

Francouvertes soir 1

Lundi dernier au Lion d’Or se tenait la première soirée des préliminaires des Francouvertes. Un palmarès provisoire a été établi : Philippe Brach prend la première position, Gab Paquet suit en deuxième et Nini Marcelle se retrouve troisième. Seuls les participants classés aux 9 premières places passeront en demi-finales, et il reste encore 18 candidats à découvrir.

C’est Nini Marcelle qui a ouvert la soirée avec son pop rock fleur bleue. La chanteuse n’a pas réussi à charmer le public malgré l’intensité de ses paroles et de sa gestuelle (elle a interprété une chanson à genoux sur la scène). Son assurance et son aplomb ont toutefois permis de compenser ses compositions plutôt fades.

[youtube id= »NiHqieQR_B4″ width= »600″ height= »350″]

Gab Paquet et sa bande sont arrivés sur scène vêtus de costumes rétros.  Ils ont enchaîné des morceaux disco, parodiant les chanteurs de pommes comme Mario Pelchat. Le personnage du crooner cheesy ne semblait toutefois pas pleinement assumé hier soir, me laissant perplexe quant au sérieux et à la viabilité du projet. C’est seulement lors de la dernière chanson, Fais l’amour avec moi, que l’auteur-compositeur-interprète a semblé plus à l’aise et dans son élément.

[bandcamp album=2321741565 bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=grande]

[youtube id= »5v7skvUf7wQ » width= »600″ height= »350″]

Philippe Brach a clos la soirée en force avec son folk abrupte. Originaire du Saguenay, la référence à Dédé Fortin est inévitable, mais le résultat en est bien distinct et demeure fort intéressant. Brach maîtrise son instrument vocal de main de maître, allant jusqu’à dévoiler un falsetto des plus percutants. Il nous présente des chansons aux textes touchants, mais inégaux d’un titre à l’autre (Ton ravin détonnait après la magnifique Le matin des raisons). Il a tout de même réussi à captiver la foule au point de lui faire crier les noms de Jésus, Bouddha et autres dieux tel un preacher. Un auteur-compositeur-interprète prometteur, à surveiller.

[bandcamp album=1984578623 bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=grande]

À la une, Actualité musicale, Articles, Critiques, Tribunes,

Quilt : Splendeur de janvier

C’est plate que notre ville soit aussi froide en janvier parce que Quilt nous sort un album très réussi qui nous parle de soleil et qu’on aimerait écouter un après-midi de juillet avec une p’tite frette entre les mains. Mais c’est pas grave. Achetez-vous une lampe de luminothérapie pis un pack de Corona, installez-vous à côté du chauffage et fermez-les yeux. Vous verrez des kaléidoscopes colorés et lumineux du début à la fin de l’album.

1390258865-quilt

Le groupe s’est formé à Boston où 2 des membres étudiaient en art visuels. Il faut croire que leurs visions se ressemblaient puisqu’on dit de leurs albums qu’ils sont le fruits de jams improvisés, et ça marche à merveille. Le résultat, naturel et désinvolte, plaira aux âmes bohèmes, aux fans de The Byrds, et aux autres nostalgiques des douces années 60.

C’est en 2011, à l’époque de son premier album éponyme, que le groupe s’est fait remarquer lors de son passage au festival SXSW. Quilt a su attirer l’attention de quelques critiques, et la mienne via Penobska Oakwalk, une chanson du premier album atterie dans une playlist BIRP. Beaucoup de groupes se rendent à ça (SXSW, BIRP, quelques critiques), et beaucoup sombrent dans l’oubli. Cette année c’est le moment pour Quilt de faire ses preuves. Moi je suis déjà conquise, et je les sens sur la bonne piste. Le 28 janvier, Held In Splendor sera achetable. Et vous voudrez l’acheter. Déjà en écoute depuis quelques jours sur NPR, l’album fait déjà quelques heureux. Allez-y faire un tour!

Le groupe est actuellement en tournée en Amérique du Nord et s’arrêtera à Montréal le 2 mars prochain, à la Casa Del Popolo. Le prix est ridicule (8$), ça vaut plus que la peine de venir les voir!

À la une, Articles, Tribunes,

Les 21 affaires qui gossent dans un show

Comme nos articles en témoignent, chez DTO, on va souvent voir des shows. On aime beaucoup ça. Par contre, y’a des choses qu’on rencontre dans ces shows qu’on aime moins (voire pas du tout). Et à voir les autres regards exaspérés autour de nous quand on rencontre ces choses désagréables, on pense qu’on est pas les seuls. Voici donc un petit guide mettant enfin par écrit ces « règles non-écrites » de la bienséance. « Haters gonna hate« , me direz-vous. Moi je dis qu’un petit peu de bon sens, ça fait jamais de tort.

  1. La fille de 8 pieds qui a décidé, en plus, de porter des talons de 6 pouces et de se faire un chignon digne de Marie-Antoinette
  2. Le gars pas de déo et qui danse les bras en l’air à la hauteur du nez des gens
  3. Le monde qui dépasse le reste du monde en faisant semblant que leurs amis sont en avant
  4. Les filles hystériques qui essaient de séduire le chanteur sexy. C’est souvent la cause d’une foule de comportements désagréables, notamment :
    4.1   Hurler « Marry Me! » au chanteur sexy (pour vrai, quand même que tu le cries plus fort que toutes les autres filles, j’pense pas que ça va arriver ma belle)
    4.2   Se déshabiller pour attirer l’attention du chanteur sexy (ça non plus, ça marche pas souvent)
    4.3   Pousser tout le monde entre toi et la scène pour tenter d’atteindre ledit chanteur sexy
  5. Le monde trop grand qui vient se mettre juste devant le monde trop petit (bon c’est une idée mais si c’était que de moi, les gens seraient classés en ordre de grandeur dans les salles)
  6. La fille (ou le gars…) qui secoue vivement ses longs cheveux tentaculaires dans la face du monde autour de lui
  7. Le monde trop saoul. Ça aussi c’est souvent la cause d’une foule de comportements désagréables, notamment :
    7.1   Renverser de la bière partout sur les gens autour de toi
    7.2   Vomir partout sur les gens autour de toi
    7.3   Frencher/attoucher sévèrement ton voisin, que tu le connaisse ou pas
    7.4   Lancer de la bière ou d’autres projectiles sur la scène (si ta bière arrive dans l’ampli et qu’il pète, personne va t’aimer)
  8. Le monde qui enterrent le chanteur en racontant leur vie (on a payé pour entendre quelque chose, mais c’est pas toi dude)
  9. Le gars qui porte le t-shirt du band qui joue qu’il vient d’acheter au Merch (Genre t’es venu tout nu?)
  10. Les verres de bières par terre. Ou les gommes.
  11. La fille qui prend des photos avec son iPad
  12. Le gars qui chill/regarde le show accoudé au bar de la salle de spectacle pendant que le monde fait la file pour être servi
  13. Le monde qui font un mushpit au show de Lynda Lemay
  14. La fille qui a perdu sa boucle d’oreille
  15. Dans un show extérieur, le monde avec des parapluies
  16. Le gars qui essaie de jaser avec le band entre les tounes
  17. Le gars qui filme le show au complet avec son iPhone
  18. Le gars en chest, souvent en sueur (Il sera inévitable que ta face, tes cheveux ou tes mains doivent y toucher lorsque la foule se fera plus compacte)
  19. Les armoires à glace qui t’empêchent de te mettre au bord des escaliers (C’est la meilleure place, come on!!!)
  20. Un test de son de drum
  21. Cette fille-là :

*Évidemment, faut faire la part des choses: les règles mentionnées ci-haut ne s’appliquent pas dans les shows de métal, ou les festivals où personne se lave pendant une semaine et que tout le monde est sous l’influence d’une drogue quelconque, par exemple.

Et vous, qu’est-ce qui vous gosse?

À la une, Tribunes,

Composite de Monogrenade: Un voyage cosmique sans décalage

monogrenade

Pouvoir répéter l’expérience d’envoyer une chanson dans l’univers pour amadouer les doux martiens, l’une de celles se trouvant sur Composite de Monogrenade serait à considérer très fortement. Le deuxième opus de ce groupe, signé par le label Bonsound, fera très certainement jaser les québécois lors de l’hiver 2014. Sa sortie est prévue le 4 février prochain et le son cosmique, vintage et symétrique qu’offre Monogrenade à travers cet album traversera sûrement l’océan Atlantique pour émouvoir les Européens, comme Tantale l’avait fait en 2011.

Véritables hymnes au corps humain, les mélodies composées surprennent encore et, fidèle à son habitude, Monogrenade s’approprie les ambiances et les communique à sa façon dans cet album astral et vertigineux. L’amalgame d’instruments à cordes accompagnés d’une voix frêle, profonde et assumée, de piano, ainsi que de la présence du puissant cor français et d’un vieux synthétiseur nous déverse directement à l’autre bout du cosmos, comme si une planète jouait des airs de musique sans se soucier de ses voisins. Plus ambiant que leur premier opus, Composite manie avec élégance ses 10 chansons pour pondre de ses instruments un album parfait pour l’hiver qui sévit.

Ces instruments, maniés par des musiciens doués, nous poussent à fermer les yeux et voir avec nos oreilles. Par exemple, les notes au piano tapotées dans l’ultime chanson de l’album, Le fantôme, réussissent à nous faire croire que si le vent était pianiste, c’est cette mélodie qui émanerait de son instrument. Les yeux restent fermés pour écouter les cordes omniprésentes dans L’aimant. Les cordes qui s’entrechoquent font rêver et délirer, comme des doigts qui chatouillent la peau. Et pour nous surprendre d’autant plus, la chanson médiane de Composite, Labyrinthe, crée un duo de chants sinueux : la voix riche et posée de Marie-Pierre Arthur accompagne celle de Jean-Michel Pigeon, complétant avec brio cet air qui pourrait devenir le nouveau succès du deuxième opus de Monogrenade, comme l’avait fait «Ce soir» en 2011.

Personnellement, la musique de Monogrenade m’avait charmée dès la première écoute alors que j’étais encore une jeune cégépienne, les yeux grands de découvrir de la nouvelle musique. La sortie d’un nouvel album d’un groupe que j’apprécie déjà me fait toujours craindre le pire : sera-t-il à la hauteur de mes attentes ? Et si le premier était meilleur que le deuxième ? Et pourtant, jamais je n’aurais dû douter de l’excellence musicale déferlant des esprits de ces six artistes qui savent donner à leur public le pop éclectique qu’il désirait, en défiant toutefois l’inconnu pour le savourer encore plus.

Heureusement, Internet existe et les fans peuvent rassasier un peu leur impatience avec le premier extrait de Composite, sorti la semaine dernière. Métropolis vous donnera un bon aperçu de l’album sans trop vous en dévoiler sur la puissance mélodique et cosmique des autres chansons. Vous avez une table tournante à la maison ? Courrez faire la file pour vous procurer cet album en vinyle le 4 février: même vos oreilles n’en croiront pas leurs yeux! Mais juste avant la première écoute à la maison, attendez une toute petite journée et déplacez-vous plutôt au lancement gratuit de Composite le 5 février au La Tulipe de Montréal. Vous gâterez ainsi vos oreilles de musique cosmique pour réchauffer votre être de cet hiver maniaco-dépressif.

monogrenade_composite

  1. Portal
  2. Composite
  3. L’aimant
  4. Cercles et pentagones
  5. Labyrinthe
  6. J’attends
  7. Métropolis
  8. Phatéon
  9. Tes yeux
  10.  Le fantôme

 

Vous en voulez plus en attendant? Écoutez le premier extrait de Composite, Métropolis, juste ici :

[bandcamp album=1903229635 bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=grande]

À la une, Articles, Tribunes,

Les 15 meilleures chansons francophones de 2013

top152

On commence notre récapitulatif de l’année 2013 avec les meilleures chansons francophones! C’est une belle cuvée, c’est le moins qu’on puisse dire!

#15 Batiscan
Keith Kouna

keith01

On commence le top avec une petite dérogation. Techniquement, l’excellent album Du plaisir et des bombes de Keith Kouna est paru en septembre 2012. Mais, chez Dans Tes Oreilles, c’est en 2013 qu’on a réellement découvert l’auteur-compositeur-interprète. Batiscan est une ballade tristement mordante, mélancolique. Si vous l’écoutez sans avoir le coeur gros, ben, vous êtes faits de pierre!

[youtube id= »MocqRzOIy3I » width= »600″ height= »350″]

#14 Le vent vire 
David Marin

david01

Il me semble que David Marin est arrivé de nulle part sur la scène musicale, mais quelle belle surprise ce fut! Une poésie imagée, sentie, avec des mélodies simples, rassembleuses… bref, c’est pas de la musique  »compliquée », mais ça fait du bien! Son premier single était un vent de fraîcheur (ho!ho! jeu de mots!) dans notre automne musical.

[youtube id= »l5a6OZyVKzw » width= »600″ height= »350″]

#13 La sexualité
Pierre Lapointe

pierre01

Avec ce véritable hymne à l’amour, à la débandade et aux pratiques sexuelles débridées, Pierre Lapointe, que l’on connaît généralement plus cérébral, en a surpris plus d’un! C’est une chanson belle et naïve qui nous donne envie d’être jeunes pour toujours!

[youtube id= »q0B2ZAyVvq8″ width= »600″ height= »350″]

#12 Stone
Vincent Vallières

vincent01

Vincent Vallières, c’est mon comfort food musical. Son album Fabriquer l’aube n’a rien révolutionné, on s’entend. Mais quand Stone était à la radio (les rares fois où j’écoute la radio, souvent malgré moi), je levais le son. Ça donne le goût de partir en roadtrip, sur la go, de même!

[youtube id= »78RaGSo1R4w » width= »600″ height= »350″]

#11 Montréal Nord
Koriass

koriass01

Montréal Nord rentre comme un coup de poing. On aime comment Koriass y dépeint une réalité sans gants blancs, mais en utilisant des rimes et images très recherchées.

[youtube id= »pwbRpaMxIBI » width= »600″ height= »350″]

#10 Calfautrer les failles
Tire Le Coyote

tire01

Avec sa voix aïgue, abîmée, un peu à la Neil Young, Tire Le Coyote surprend à la première écoute. Une chance que je m’y suis attardé, car j’y ai découvert un interprète honnête qui nous propose un folk-country toute en subtilité.

[wp_bandcamp_player type= »track » id= »469554385″ size= »grande » bg_color= »#FFFFFF » link_color= »#4285BB »]

#9 Princesse Carnivore 
VioleTT Pi

violett01

 Éclaté, un brin absurde, punk, métal, musique électronique… l’univers de VioleTT Pi est plutôt difficile à décrire. Ce beau chaos musical nous a par contre offert des morceaux super accrocheurs, comme Princesse Carnivore.

[youtube id= »aDYG7vDuTMI » width= »600″ height= »350″]

#8 Le sucre de mes larmes
Forêt

foret01

Forêt nous a offert un premier album  »bijou », précieux aux chansons atmosphériques et poétiques. Le sucre de mes larmes est un morceau aux montées épiques et aux arrangements tout en détails où la voix cristalline d’Émilie Laforest shine de mille feux.

[wp_bandcamp_player type= »track » id= »2558175078″ size= »grande » bg_color= »#FFFFFF » link_color= »#4285BB »]

#7 Joël fait dire 
Avec pas d’casque

avecpas01

Avec pas d’casque nous a offert un beau cadeau en début d’année: un EP de 7 chansons folk très bien ficelé, qui complétait à la perfection Astronomie, leur album sorti en 2012. Joël fait dire est la dernière chanson de ce mini-album et, comme à leur habitude, c’est si bien écrit et si bien pensé qu’on ne peut retenir un ou deux sourires.

[wp_bandcamp_player type= »track » id= »594783090″ size= »grande » bg_color= »#FFFFFF » link_color= »#4285BB »]

#6 Mammifères
Alaclair Ensemble

alaclair01

Cette chanson est folle. Même après 1 million d’écoutes, elle me fait encore rire, mais surtout elle me fait danser comme une débile. «Un tite oiseau dans prairie. Une bibitte. Un faucon. Un raton. Un grizzly. Lesquels sont bons ? Élimine ceux qui pondent pis même à ça, j’pense qu’on se r’semblent! Coup donc!» Priceless.

[wp_bandcamp_player type= »track » id= »760205781″ size= »grande » bg_color= »#FFFFFF » link_color= »#4285BB »]

#5 Ôte-moi mon linge 
Les Soeurs Boulay

soeurs01

Le poids des confettis, le premier album des Soeurs Boulay, était une boule de sensibilité et de douceur. Ôte-moi mon linge est à fleur de peau puissance 1000. C’est un brin baveux, très honnête et ça dépeint parfaitement notre esprit de femme, dans toutes ses belles contradictions.

[youtube id= »1HM6LtnmpDQ » width= »600″ height= »350″]

#4 On leur a fait croire
Alex Nevsky

alex01

La palme de la chanson franco la plus  »ver d’oreille », revient définitivement à On leur a fait croire. On part avec une ligne de guitare très groovy, on y rajoute un sifflement, un  »papapapaaaaa » en choeur bien placé. Mélangez tout ça et vous obtenez la chanson feel-good de l’année!

[youtube id= »_XASYGn_2nc » width= »600″ height= »350″]

#3 Silence Épouventail 
Klô Pelgag

klo01

Véritable OVNI. Voilà comment décrire Klô Pelgag. Elle parle de sa musique comme de la  »chanson orchestrale déjantée et poétique » et on est bien d’accord. J’ai instantanément aimé sa théâtralité malgré sa voix fragile et ses constructions de chansons originales. Silence épouventail est probablement le morceau le moins  »explosif » de son album, mais on y découvre la belle sensibilité de l’artiste.

[youtube id= »4_qCbC2qOm4″ width= »600″ height= »350″]

#2 Montréal $ud 
Dead Obies

dead01

Quand j’ai entendu Montréal $ud pour la première fois, je me suis dit  »Ok. Dead Obies ont steppé leur game. » Musicalement et visuellement, le groupe était ailleurs. Pour les beats recherchés de VNCE, son flow agressif et  »rentre-dedans », Montréal $ud mérite amplement la deuxième position de ce top. On souligne aussi l’attitude sans compromis du groupe et le buzz qu’ils ont créé, autant chez les critiques que le public. 

[youtube id= »ZLgsSG_jSC0″ width= »600″ height= »350″]

#1 Nos corps
Jimmy Hunt

jimmy01

Avec son dernier opus, Maladie d’amour, il me semble que Jimmy Hunt a véritablement trouvé son créneau: une pop seventies aux accents électros, une dégaine dandy, des paroles provocantes, parfois érotiques, parfois sentimentales.  Nos corps est hypnotique, mélodique et est la meilleure chanson de ce très très bel album qui est, à mon avis, le meilleur de 2013.

[wp_bandcamp_player type= »track » id= »1704660068″ size= »grande » bg_color= »#FFFFFF » link_color= »#4285BB »]